Les superstars à Wuzhen

Le 28 octobre 2018

La petite ville de Wuzhen n’est située qu’à environ 2h des grandes métropoles que sont Shanghai et Hangzhou, en faisant une destination prisée parmi les habitants de ces villes. Localisée sur le cours du Grand Canal (canal reliant Pékin à Hangzhou depuis des siècles) et quadrillée par de nombreux canaux, ce bourg fondé au 9ème siècle a longtemps prospéré économiquement grâce à son emplacement. Bénéficiant aujourd’hui de la préservation de maisons vieilles parfois de plusieurs siècles ainsi que de son cadre ravissant et paisible, la ville est devenue une étape immanquable pour beaucoup de touristes chinois.

Ce type d’endroit en Chine est appelé « Scenic area (ou zone scénique)« . Ce sont des lieux anciens préservés et particulièrement importants d’un point de vue patrimonial où l’entrée est payante. On remarquera au fil de notre séjour que le terme « historique » est parfois très approximatif étant donné que tout est par moment entièrement restauré, reconstitué ou quasi nouveau. Et aussi que « Scenic area » est souvent synonyme de « Attention marée de chinois! ».

Une fois le bus arrivé en matinée, nous filons à notre auberge déposer nos affaires. Des nouvelles constructions, toutes les mêmes, dans un style faux ancien, bordent la nouvelle route à proximité de la partie touristique de la ville. Restaurants, échoppes de souvenirs, logements, tout est prêt pour accueillir les touristes… chinois, car rien n’est en anglais, pas même notre auberge que nous avons du mal à trouver. Normal, elle est cachée derrière la façade d’un restaurant. Nous entrons en tentant de faire comprendre qu’on ne veut pas manger mais dormir et nous communiquons comme d’habitude avec Google Traduction et de grands gestes.
Coup de bol, le propriétaire nous upgrade notre chambre. Après avoir passé l’arrière-boutique, nous avons droit à une belle chambre rose avec un lit tout rond, waaaw 😀 .
Un repas de légumes et de riz choisis à l’aveugle (vu que tout est en chinois), puis nous sortons vers la plus grande des zones touristiques de la ville. L’après-midi a déjà commencé donc il ne faut pas trop tarder pour profiter de notre ticket !
 

Un lit rond dans une chambre rose !
Partout, des voitures et des cars de touristes chinois débarquent en grandes pompes. On se faufile vers un comptoir et voilà nos tickets en poche. Nous sommes prêts à entrer sur le site quand une petite chinoise excitée nous tombe dessus. Elle parle anglais ! Et nous fait une proposition assez inattendue : elle propose de nous faire une visite guidée gratuite avec « activités » touristiques offertes en contrepartie de nous laisser interviewer et filmer lors de notre tour. Un peu hésitants l’espace d’un instant, nous décidons d’accepter ! Notre petite chinoise est toute heureuse « Il me fallait vraiment cette interview sinon mon patron allait me virer ! » Okayyy. Quelques minutes plus tard, une équipe de tournage de cinq personnes débarque ! Ils nous installent des micros, ils sortent deux caméras et la visite commence !
 
Installation des micros et réglages des caméras
Les deux caméras sont braquées sur nous en permanence par deux membres de l’équipe tandis que nous pénétrons dans la zone touristique. Deux au minimum, car tous les touristes locaux se mettent également à nous filmer avec leur smartphone, pensant sans doute que nous sommes des célébrités. C’est assez intimidant à vrai dire… A-t-on bien fait d’accepter ? Pendant ce temps, notre guide nous pose quelques questions sur notre vie, ce qu’on fait, d’où on vient, etc.
 
Le théâtre
Notre équipe de tournage
Premier arrêt, l’atelier de teinture. Des explications nous sont fournies sur les méthodes anciennes utilisées afin d’imprimer des motifs sur des tissus. Une des méthodes est démontrée par un vieux monsieur et Francé est invitée à s’y essayer. Il s’agit de racler une sorte d’argile sur une grille de motifs. Pas trop dur Francé ? Non, c’est bon. Pendant ce temps, tout le monde regarde. Trop de pression !
 
La teinturerie
Séchage des teintures
Explication des anciennes méthodes
Waw, Francé est une experte maintenant !
Chaque expérience est généralement suivie d’une petite interview dans un coin plus tranquille avec des questions du style : « Comment avez-vous trouvé l’activité ? », « Est-ce que vous avez trouvé ça dur ? », « Avez-vous quelque chose de similaire chez vous ? », « Est-ce que vous le referiez chez vous ? ». Même si on essaie de rester sincère au maximum, parfois, on se laisse aller à un peu exagérer pour leurs faire plaisir…. « AMAIIIZING! »
 
L’étape suivante est sans doute la plus inattendue. Alors que nous entrons dans un bâtiment dédié aux mariages traditionnels, des panoplies entières sont mises à disposition des touristes en échange d’une certaine somme. Pour nous, ce sera compris dans notre tour gratuit. Pas le choix, c’est parti ! Francé choisit la tenue de cérémonie de Paul et vice versa, puis nous allons nous changer dans les coulisses. C’est bon, nous voilà comme des vrais mariés chinois ! Il fait une chaleur de dingue dans les costumes par-dessus nos vêtements et avec le regard des innombrables locaux, ça chauffe encore plus. Francé n’a plus qu’à choisir sa couronne et Paul son chapeau.
Maintenant que tous les regards, smartphones et caméras sont braqués sur nous, il ne reste plus qu’à faire le show ! « Pouvez-vous faire une pose romantique ? » Des sourires en veux-tu en voilà, des poses et nous sommes immortalisés sous nos plus beaux atouts !
« Est-ce que vous envisageriez de vous marier chez vous avec les mêmes habits ? ». Quelle question… On explique alors que même si on trouve les habits jolis, chez nous, les costumes de mariage sont plutôt différents.
 
Pose en habits traditionnels de mariage
La balade reprend ! En passant dans une ancienne habitation reconvertie en magasin de souvenirs, notre guide nous indique les articles présentés et nous propose de nous offrir n’importe quel article (pas trop gros évidemment). Nous voulons refuser, mais elle insiste car elle aimerait avoir cette scène dans son film. Du coup, Francé choisit pour nous deux un mignon chien miniature en peluche, car c’est l’année du Chien. Ca fera un premier souvenir de Chine ainsi.

On continue à se balader dans les charmantes rues de la cité, bordées de maisons boisées à encorbellement. Malheureusement, les rues étroites forment un goulot où s’engouffrent une quantité impressionnante de chinois, si bien qu’il est difficile de circuler aisément, de regarder les belles façades et de s’imprégner des lieux.
 

Petit chien de la chance en cadeau
Arrêt suivant, c’est atelier bricolage ! Cette fois, c’est une authentique lanterne que nous allons concevoir sous la coupe du maître lanternier. Déjà le savoir-faire de plusieurs siècles nous fait trembler d’appréhension. Sera-t-on à la hauteur ? Et bien oui ! Et nous serions parmi les meilleurs élèves que le lanternier ait eu ! Bon, après, il faut dire que c’est vraiment du bricolage. Faire des brelages avec de la ficelle pour attacher des tiges de bois, mettre des rivières de colle pour faire tenir du papier puis coller des motifs qu’on a découpé : un vrai cadeau de la fête des mères ! Enfin, même le président serait venu faire des lanternes ici, photo à l’appui. On est donc privilégiés et c’est à notre tour de finir dans l’album photo. Par contre, maintenant, nous sommes forcés de balader notre chef-d’œuvre en papier avec led-multicolore pour le reste de la balade.
 
Elle n'est pas belle ma lanterne ?!
Les estomacs commençant à se creuser, notre guide nous dirige à présent vers un stand de nourriture où ils concocteraient un fameux canard caramélisé. Ce sera Paul qui le mangera, avec le soutien de notre guide et le focus de la camera. Pas mauvais du tout ce canard, même si un peu dur. Mais la pause gastronomique ne s’arrête pas là : un peu plus loin, ce sont des sortes de crêpes de riz qui nous sont gracieusement offertes. Merci !
« Quelle nourriture préférez-vous ? » Canard pour Paul, crêpe pour Francé. Puis question étrange « Est-ce que votre pays est différent de la Chine ? » Euh…. Ben oui ! Par où commencer ?
 
"Choisissez un bout de viande à manger devant la caméra"
Enfin, tandis que le ciel commence à s’obscurcir, toute l’équipe arrive dans un amphithéâtre, apparemment reproduction miniature d’un site de Hangzhou. Ce sera le lieu de notre dernière interview : « Comment avez-vous trouvé cette visite ? » « Est-ce que vous reviendrez ? » « Et pour finir, vous n’auriez pas quelque chose de spécial à dire pour clôturer ? ». Regards confus. « C’était très chouette ! Voilà… » (Ouff, c’est tout ce qu’ils voulaient comme réponse !). Il ne nous reste plus qu’à crier un grand « J’aime Wuzhen » en anglais puis en chinois, et il est finalement temps de remercier et de dire au revoir. « On vous enverra les photos ! » On ne les aura jamais…
 
Nous voilà maintenant seuls. Ca nous soulage un peu parce que c’était quand même épuisant de participer à toute cette visite et avec tous ces regards braqués sur nous. D’un côté on est content d’avoir fait quelque chose que nous n’aurions jamais pu faire en temps normal, mais d’un autre côté, c’est un peu frustrant de ne pas avoir pu visiter par nous-même. Le tour a duré plus longtemps que prévu et certaines choses sont déjà fermées. Il y avait par exemple un musée que nous voulions voir sur la tradition chez les dames de se mutiler les pieds pour qu’ils soient les plus petits possible. Sauf qu’à l’heure qu’il est, le musée est clos et il sera impossible d’aller le voir… Trop triste. C’est pareil pour d’autres attractions de la zone touristique également.
 
Heureusement, le bourg est encore ouvert jusque tard, ce qui nous laisse l’occasion de nous balader tranquillement, dans une atmosphère de dessins animé ou de film, c’est selon. Partout, les habitations sont éclairées de lumières chaudes tandis qu’une pagode s’élève aux alentours des canaux où des embarcations voguent lentement sous l’égide des bateliers. Ca a beau être très touristique, avoir été rénové et amélioré, parfois à outrance, il n’y a pas à dire : c’est vraiment un décors de conte de fée, et tout le monde y trouve son compte.
 
Ambiance du soir
Avec toutes nos péripéties, nous n’avons pas mangé grand-chose. Va pour quelques baos et quelques dumplings dans une échoppe de restauration « authentique ». Puis il est temps de se diriger tranquillement vers la sortie de zone touristique, non sans s’arrêter régulièrement à une boutique souvenir ou à un coin paisible pour contempler le tableau sous nos yeux.

Au final, Wuzhen, c’est une sorte de Disneyland, un parc d’attraction. Personne ne vit dans la zone, tout est fait pour les touristes, les maisons sont soit des hôtels, des restaurants, des musées ou soit des boutiques souvenirs et la foule est permanente. Mais comme à Disneyland, ça vend quand même du rêve.
 

Bao et dumplings comme souper
Un magasin de baguettes, on se croirait dans Harry Potter.
Le illuminations du soir
C’est sur ces pensées que nous plongeons dans le sommeil, enfin à l’abri du tumulte dans notre chambre, sous un belle fleur rose à leds au plafond. Demain, on se laissera aller à une grasse-matinée avant de remettre nos sacs sur le dos et de prendre le bus vers Hangzhou et vers toujours plus de milliers de chinois.
 
Bonne nuit :-)
0

Laissez-nous un petit mot ...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.